Le CNR – MUN rend hommage à Fidel Castro et salue son engagement aux cotés des mouvements de Libération en Afrique

Le Conseil National pour la Résistance a appris, avec émotion, ce mardi 19 février 2008, la décision du camarade Fidel Castro, ce combattant intrépide et résistant opiniâtre contre l’impérialisme international et toutes les formes de domination, de se retirer du pouvoir après avoir dirigé 50 années durant, la révolution cubaine.

L’engagement politique, la fidélité et la constance idéologiques du camarade Castro auront marqué pendant un demi-siècle des générations de jeunes africains et du monde, en quête de modèle de militantisme et de modèle dans la résistance au système capitaliste-impérialiste prédateur, mené par les USA.

Au moment où le Camarade Fidel quitte donc le pouvoir à Cuba, la jeunesse africaine et l’Afrique progressiste toute entières, lui sont et lui seront éternellement reconnaissantes, pour son aide plurielle et multiforme, son amitié désintéressée et son amour sincère pour le continent africain et ses peuples en lutte permanente contre l’oppression impérialiste et capitaliste.

Le président Castro est et demeure un vrai ami de l’Afrique et des africains. Il n’est pas  de cette race de cerbères des temps modernes, qui  s’autoproclament à tout vent « amis de l’Afrique » et qui, le couteau fortement incrusté entre les dents, la poignarde sans vergogne dans le dos avec pour ultime finalité de l’asservir pour jouir de ses ressources naturelles avec la complicité de dirigeants corrompus imposés.

L’œuvre du camarade Castro sur le continent se décline en:

-Son soutien à la lutte du peuple camerounais et aux nationalistes de l’Union des Populations du Cameroun au début des années 60, lors de la guerre de libération nationale contre le néocolonialisme Français incarné parle régime sanguinaire fantoche d’Ahmadou Ahidjo;

-L’envoie de son camarade et ami Ernesto Ché Guévara, au milieu des années 60, au Congo pour soutenir et renforcer la révolution congolaise conduite par le camarade Pierre Mulélé après l’assassinat de patrice Emery Lumumba en 1961;

-Son immense contribution dans la lutte contre le régime de l’Apartheid en Afrique du Sud, à travers une assistance logistique directe aux mouvements anti-apartheid;

-Son appui pluriel aux régimes révolutionnaires sur le continent comme le régime du président Nkrumah, le MPLA en Angola, la révolution du 04 août 1983 au Burkina Faso, etc…

-La formation de centaines de milliers de cadres africains dans les domaines des sciences et de la technologie.

-etc., etc.

Au plan interne, à Cuba, l’œuvre du camarade Castro en matière de protection sociale de couverture sanitaire, d’éducation et de formation des cadres reste enviée par tous, y compris par les puissances impérialistes qui ont toujours combattu le révolutionnaire cubain en imposant à cette île pittoresque, un embargo criminel qui dure depuis bientôt 50 ans !

Il n’est d’ailleurs pas inutile de rappeler que l’Indice de Développement Humain (IDH) à Cuba, l’Espérance de vie et le taux de mortalité infantile sont au même niveau que ceux des pays occidentaux…

Signalons aussi que, malgré sa longévité historique au pouvoir, le président Castro, n’a aucune fortune personnelle connue aussi bien à Cuba qu’à l’étranger, bien qu’un journal Etats-unien, certainement manipulé, ait tenté il y a deux ans, d’attribuer à Fidel une fortune qui n’a jamais existé !

Bien sûr que tout n’a pas été que rose pendant le règne du camarade Fidel. Il y a certainement eu des erreurs, comme dans toute œuvre humaine ; lesquelles erreurs doivent être distinguées en toute objectivité de la diabolisation gratuite dont le camarade Fidel a toujours été l’objet de la part des puissances impérialistes. Le financement (à coûts de milliards de dollars) depuis des décennies de prétendus «dissidents cubains», véritables marionnettes des Etats-Unis, pour assassiner ou renverser le président Castro n’est d’ailleurs pas étranger au réflexe sécuritaire et défensif du régime, qui a pu entraîner certaines limitations dans l’exercice des libertés dans l’île.

Le Conseil National pour la Résistance invite la jeunesse camerounaise et africaine à s’inspirer du courage, de la lutte et de la résistance de Fidel Castro et de nos leaders historiques (Nkrumah, Um Nyobè, Moumié, Lumumba, Cabral, Steve Biko, etc.) dans leur combat pour la Libération africaine du joug des puissances impérialistes et du capitalisme avilissant qui ont ruiné et ruinent encore notre continent. Le CNR invite aussi cette jeunesse à rester lucide face à la campagne de diabolisation orchestrée par les puissances impérialistes contre le brave camarade Castro et le « Castrisme ».

Honneurs et Gloire éternelle au camarade Fidel et au peuple frère de Cuba.

Oser lutter c’est oser vaincre !

A luta continua,

Unis et solidaires, pour la patrie et l’Afrique, nous vaincrons.

Fait à Hambourg le 19 février 2008

Tene Sop G.

Secrétaire Général du Conseil National pour

la Résistance  / Mouvement Umnyobiste