abega_cecile

Cameroun: Les crimes d’Etat continuent / Paul Biya et «Essigan» empoisonnent Séverin Cécile Abéga

 

C’est un crime signé ! C’est Paul Biya qui l’a tué, il n’y aucun doute à ce sujet.

 Le nom de Mr Séverin Cécile Abéga, anthropologue camerounais sérieux et rigoureux, figurait sur une liste de personnes à abattre par le régime, qui circulait à Yaoundé et sur Internet depuis la répression sanglante de fin février ayant fait plus d’une centaine de morts selon les Organisations de Défense des Droits de l’Homme. Sur celle fameuse liste, figure également  des personnes comme Mme Madeleine Afite, Mboua Massock, Jean Michel Nitcheu, Dzana Seme, etc, etc

 Le pouvoir reprochait à Mr Abega ses prises de positions politiques par rapport à la répression de février au Cameroun. Dans une interview parue le 3 mars dans un Quotidien de la place, Mr Séverin Cécile Abega avait très clairement dénoncé les tueries de manifestants pacifiques intervenues à la fin février.

En outre, Mr Séverin Cécile Abéga, s’était clairement démarqué, en les dénonçant et les condamnant, la diatribe xénophobe et tribaliste de quelques élites du parti au pouvoir qui stigmatisaient une frange de la communauté nationale, en la présentant comme responsable du soulèvement populaire de fin février, et appelaient ouvertement à un génocide contre elle.

 Le pouvoir, après avoir fait circuler des tracts pour menacer à mort des citoyens dont le seul crime est d’avoir refusé de se taire face aux massacres des populations civiles, vient ainsi de passer aux actes ! La mort de Mr Abega est tout simplement un autre assassinat politique commis par ce régime fasciste, dont la soif de sang n’a apparemment pas été étanchée par les centaines de morts de la répression barbare du soulèvement populaire de février. Allons nous continuer à assister en spectateur au massacre de notre peuple ?

 Après Mr Abega, tué hier, 24 mars Yaoundé par empoisonnement, à qui le tour ? Les noms d’autres activistes, aussi bien de l’intérieur que de la Diaspora, figurent sur la fameuse liste des « personnes à liquider ». Nous savons que Mme M. Afité, Coordonnatrice de la Maison des Droits de l’Homme à Douala est devenue « l’ennemie publique » No 1, pour le régime sanguinaire de Yaoundé, depuis qu’elle a alerté l’opinion internationale sur la réalité et l’ampleur des massacres de fin février au Cameroun. Paul Biya et sa clique seront donc responsables de tout ce qui adviendra aux personnes menacées, tout comme ils sont déjà responsables de l’assassinat de S. Cecile Abéga, de Tiwa Jacques et des centaines de victimes de février !

 Le CNR réitère son exigence d’une Commission internationale d’enquête pour faire la lumière sur tous ces crimes dont s’est rendu coupable, depuis fin février 2008, le régime antipopulaire et impopulaire du sanguinaire Paul Biya.

 Le CNR rappelle que l’inertie actuelle de la communauté internationale sur les graves violations des droits Humains au Cameroun conduira inéluctablement à une spirale de vengeance de la part des victimes que nous sommes et au développement certain de la justice populaire avec son lot d’exactions et de violations. Il faut donc agir maintenant, afin se stopper le fascisme en développement au Cameroun afin d’éviter le pire `notre pays.

 Le CNR s’incline sur la mémoire de S C Abega et présente ses condoléances les plus émues sa famille.

 A bas les assassins du peuple !

 La lutte continue. Pour la Patrie et l’Afrique, nous vaincrons!


version PDF: CNR__Biya_a_tu__Severin_Cecile_Ab_ga

 

Fait à Berlin le 25 Mars 2008

 

Tene Sop G.
Secrétaire Général du Conseil National pour
la Résistance  /  Mouvement Umnyobiste

cameroon.resistance.council@googlemail.com

Internet: http://cnrmun.afrikblog.com/


Lire ici la dernière interview de  Sévérin Cécile Abega au Quotidien Mutations du 03 Mars 2008

http://www.camerounlink.net/fr/dossiers.php?wid=2&kid=35913&tid=38&seite=292

Séverin Cécile Abega : "C’était un avertissement aux dirigeants" (03.03.2008)


L’anthropologue analyse le phénomène de la violence des manifestations qu’il relie à la pauvreté galopante.

Propos recueillis par Jean Baptiste Ketchateng


Avez-vous été surpris par l’ampleur des violences qui ont fait une vingtaine de morts en cinq jours?

Il faut d’abord dire que les manifestions sont intéressantes par la forme qu’elles ont prises, dans la mesure où elles se déroulaient dans plusieurs villes. Ensuite, il faut relever qu’il n’y a pas un visage : nous n’avons pas un leader de la revendication, qui se met en avant. Mais si elles ont pu se dérouler en tant d’endroits, c’est qu’il y a quand même une structuration derrière.
Ce qui m’a intéressé, c’est cependant l’absence de leader qui fédère des initiatives friables, impalpables et finit par leur donner une forme, une puissance. C’est très important parce qu’au Cameroun nous avons un phénomène qui érode les leaderships politiques et civils. Tous ces leaderships sont aujourd’hui déconsidérés. On a comme une difficulté à voir émerger de nouveaux leaders, alors que le milieu politique est riche et que la société civile se reconstitue. Or, si nous n’avons pas un leader, nous n’avons pas une conscience, une voix forte qui parle, une direction qui est clairement imprimée.
Apparemment, il y a eu deux mouvements : celui des transporteurs en grève que les gens ont bien compris et partagé ; un deuxième mouvement semble avoir profité de celui-là pour transformer la manifestation à caractère socio-économique en mouvement à caractère politique. Mais comme il n’y avait pas une direction, cette crise politique s’est transformée en quelque chose d’un peu incontrôlable. Des enfants de la rue manifestants, des gens déposés selon des témoignages pour faire des barricades, des chômeurs, etc.

Quand vous déchiffrez une coordination derrière ces mouvements, cela veut dire que vous n’êtes pas surpris, que vous voyiez des acteurs sociaux se préparer ?

Je suis plutôt surpris que la violence n’ait pas atteint un seuil plus élevé. Si on compare la situation à celle du début des années 1990 avec les villes-mortes, avec la crise politique qui accompagne la transition du monopartisme au multipartisme, nous voyons qu’il y avait alors un discours qui s’est ethnicisé. Nous n’avons pas eu le même discours cette fois. Dans ce que j’ai écouté, les gens disaient : nous sommes d’accord, nous comprenons les manifestations. Il y avait un fond commun qui est le mal vivre énorme. Alors que les revenus sont bloqués, les denrées de première nécessité sont plus chères, et avec l’augmentation, il y a des pénuries.
Pendant ce temps, la classe politique semble n’être préoccupée que par la révision constitutionnelle. Cette révision elle-même vise à jouer sur le destin politique d’un individu, à allonger ad vitam aeternam le mandat présidentiel. Les gens ont donc l’impression que ce problème-là est bien plus important que les problèmes auxquels ils sont confrontés. Ce mouvement arrive donc en concordance avec les frustrations de la population.

En réponse il y a eu une répression également violente. Le gouvernement semblait surpris. Peut-on dire que c’était démesuré ?

La réponse de l’Etat n’était pas appropriée. C’est une réponse qui ne s’adressait pas à la question posée. La réponse était disproportionnée parce que très souvent il s’agissait de groupes épars. Même s’il y avait une coordination derrière, elle n’a pas lancé des forces groupées. Avec une police plus intelligente on aurait pu contenir mieux ces manifestations, avoir moins de casses et moins de morts.
Ce n’est pas la violence qui peut être la réponse parce que le problème est réel. Même le policier qui réprime a une femme qui se plaint du prix de l’huile, du riz, des bananes, etc., qui est très élevé. Et le problème de la vie chère n’est pas un problème camerounais, il se produit dans d’autres pays. Mais il revient à nos autorités d’y trouver une solution. Les revenus sont par exemple bloqués depuis longtemps. L’on ne doit pas s’attendre à ce que le petit peuple se donne la réponse lui-même.

Si des deux côtés l’on use de violences, sans pouvoir être entendu, allons-nous nous installer dans une société où l’usage de la force est le mode d’expression ?

Vous avez oublié un troisième point. S’il y a des gens qui se sont organisés pour faire la grève et un troisième groupe qui a structuré le mouvement dans plusieurs villes. C’est qu’il y a une frustration, une incompréhension connue. Aux dernières élections législatives, on l’a vu, les gens ne sont pas allés voter. Le peuple montrait qu’il n’était pas intéressé au calendrier politique. On a cette divergence du peuple qui ne suit pas ses dirigeants. On a un front de personnes qui en est conscient, bien qu’ils ne soient pas en avant. Le marasme du peuple peut être exploité par ce deuxième front.

Mais de qui s’agit-il ?

Ne spéculons pas. Il y en a qui ont dit : c’est le Sdf… Non. Je travaille sur les données et je n’en ai pas vu qui disent qu’il s’agit d’un tel. Mais quand vous analysez la forme que les choses ont prise : des blocages de

la circulation, des manifestations similaires, cela veut dire qu’il y a eu organisation.
La question est désormais de savoir si la réponse de cette dernière sera politique ou simplement opportuniste. La question interpelle aussi le pouvoir afin de savoir s’il est capable d’interpréter correctement les événements.

A propos de la violence des peuples du Cameroun et des Africains noirs en général, l’on a souvent prétendu qu’il s’agit d’un phénomène domestiqué par la palabre. Avons-nous des Camerounais d’un type nouveau, favorables à la violence ?

Les gens analysent mal l’histoire. Tout d’abord, il faut rappeler que l’accession à l’indépendance s’est faite chez nous par la guerre. Le Camerounais sait revendiquer ses droits quand il le faut. Ensuite, par rapport aux autres africains, le Camerounais, est très procédurier. Au moment où les Sénégalais et les Ivoiriens vont revendiquer leurs indépendances à Paris, les Camerounais qui savent qu’ils ne sont pas une colonie française, mais que la situation de leur pays a été créée par la Sdn dont l’Onu est l’héritière, ils vont à l’Onu négocier. Or l’Onu c’est une institution avec ses procédures. Cela date de l’époque allemande.
Sur le plan économique, jusque là, le Cameroun a été épargné en raison de la disponibilité des denrées alimentaires. Les crises étaient ressenties d’une manière superficielle, elles n’atteignaient pas le quotidien au point de compromettre le lendemain. Il y avait également une classe moyenne qui se formait. Quand il y a une classe moyenne, les problèmes politiques se résolvent plutôt par la négociation.
Aujourd’hui, les Camerounais ont de moins en moins à manger parce que nous avons deux villes de plus d’un million d’habitants : Yaoundé et Douala. Avant, on était un pays essentiellement rural, aujourd’hui on est devenu un pays essentiellement urbain, même si les résultats du dernier recensement ne sont pas publiés. Il faut se souvenir qu’au recensement de 1987, nous étions à 48% de taux d’urbanisation. Si nous sommes au-dessus de 50% désormais, cela veut dire que chaque paysan doit produire pour lui-même et pour un citadin.
En plus, nous ne produisons pas seulement pour nous-même, mais également pour la Guinée Equatoriale, pour le Gabon, pour le Tchad et le Nigeria. Je suis du Centre. Si vous allez dans les plantations vous retrouverez des Équato-guinéens, des Gabonais, qui viennent acheter dans les champs. Il faut compter en plus qu’il y a eu une amélioration du réseau routier sud, ce qui permet une meilleure évacuation des produits vers les marchés frontaliers.
Le système agricole n’a cependant pas été amélioré. C’est donc une très forte tension que subit le marché vivrier. Nous mangeons donc de moins en moins bien et le quotidien est de moins en moins assuré. Les gens vont donc avoir à partir de ce stade des réactions bien plus vives.

D’où la difficulté que l’on a eu à reconnaître le jeune casseur d’aujourd’hui, en comparaison à son prédécesseur des années 1990 ?

Les jeunes d’hier, lorsqu’ils avaient un problème pouvaient se replier au village. Aujourd’hui, combien peuvent le faire ? Il y a bien plus de jeunes qui n’ont d’autres espaces de définition que la ville. Il y a une mutation énorme entre les deux catégories de jeunes. Lorsque nous disons aux jeunes de 20 ans : le Cameroun est un pays où coule le lait et le miel, il ne nous croit pas parce qu’il n’a vécu que la crise.

Finalement, l’on se retrouve donc en face de blocs qui ne se comprennent pas du fait des changements sociaux. Comment faire pour éviter qu’il n’y ait pas que des rapports violents comme moyens d’échange ?

Il y a une responsabilité de ceux qui dirigent. Ils se sont portés candidats pour tenir les rênes de l’attelage. Ils ont donc cette responsabilité, personne ne les a contraint, il faut qu’ils l’assument. Mais on n’est pas rassuré parce que le discours qu’on a entendu est plutôt revanchard et violent. C’est un discours qui n’a tenu aucun compte du problème fondamental qui est celui d’une population qui souffre.

Il est donc à craindre que cette violence se reproduise, avec peut-être une ampleur plus importante…

Je suis optimiste parce que nous avons les conditions pour que ça aille mieux. Cependant, est-ce que les hommes qui dirigent sont disponibles pour ramener de meilleures conditions de vie ? Telle est la question. Les populations se sont prononcées, mais il n’y a pas pire sourd que celui qui ne veut pas comprendre. C’est aux dirigeants de comprendre et de ne pas faire diversion. La modification de la Constitution par exemple n’a pas l’importance qu’on veut lui accorder.
Remarquons enfin, puisque nous parlons de la violence, que tous les pays africains qui se sont engagés sur la voie de la modification de la Constitution ont connu la violence. Et il faut le comprendre. La limitation des mandats n’existait pas en effet dans notre Constitution, elle a été introduite en 1996. Ceux qui l’ont fait n’ont peut-être pas mesuré toute son importance, mais les populations, elles, l’ont fait. C’est un garde-fou auquel la population tient.