Nouka Jean Paulin, victime d’une fusillade lors de la répression de février est entre la Vie et la Mort: il a besoin de notre aide. Aidons-le à vivre !

Images

I. Les faits.

 Nouka Jean Paulin est un jeune piroguier camerounais de 25 ans qui résidait avec sa mère et sa petite sœur, au quartier Ndog-Passi III, un bidonville de Douala. Dans la matinée Le 27 février 2008, après une partie de pêche, le jeune Nouka, range sa pirogue et décide de prendre son bain au bord du fleuve Dibamba, avant d’ aller se reposer à la maison. Soudain, Nouka entend des coups de feu nourris. Il n’a pas le temps de comprendre ce qui se passe qu’il est mitraillé de balles qui transpercent sa cavité abdominale de gauche à droite: les intestins de Nouka Paulin s’épanchent à l’extérieur et l’infortuné perd abondamment du sang !

Nouka Paulin est secouru par des volontaires qui, sur des embarcations de fortune, le transportent dans plusieurs centres de santé qui refusent de l'admettre, au vu de l’extrême gravité de son état. Nouka est conduit à l'hôpital Laquintinie, où il est admis aux soins intensifs. Signalons que ce 27 février, jour de la fusillade, Douala est une ville morte, dans laquelle rien ne circule. Les secouristes parcourent donc avec Nouka, plus de 10 km à pied avant de rallier l’hôpital Laquintinie où il est très rapidement admis au bloc opératoire pour une intervention chirurgicale d’urgence, grâce à la modeste somme d’argent dont sa famille était en possession.

II. La situation actuelle

 Malgré la première opération, l’état de Nouka est toujours extrêmement préoccupant.

 Son chirurgien doit procéder, dans les jours à venir, à une deuxième opération chirurgicale, mais l’état cachectique, anémié et dénutri du malade en plus du manque d’argent, ne le permettent pas.

La priorité actuelle est d’aider Nouka d’abord à retrouver quelques forces (nutrition, médicaments, transfusion, etc.) afin qu’il puisse supporter une deuxième opération qui devrait permettre de reconstituer le contenu de la cavité abdominale!  

 

Le problème est que la famille de l’infortuné est dans une précarité extrême et ne peut pas payer les fortes sommes qu’exigent la gravité de l’état de Nouka, dans ce pays dépourvu de tout système de sécurité sociale en faveur des plus démunis.

III. Opération «Sauvons le jeune Nouka !»

L'ACAT-Littoral, malgré ses moyens extrêmement limités, essaie d’aider autant qu’elle le peut le jeune Nouka Paulin, mais est elle aussi dépassée. 

C’est pourquoi, l’ACAT a saisi le Comité Freedom for Joe & Co et le Comité de Soutien aux Victimes de la Répression de Février, pour solliciter une aide d’urgente afin de sauver la vie de ce jeune homme.

 Si rien n’est fait, Nouka Paulin allongera, hélas, la liste déjà interminable des victimes de la répression barbare de la dictature criminelle au pouvoir au Cameroun, et qui a fait plus d’une centaine de morts.

Nous avons besoin de votre aide pour sauver le jeune Nouka Paulin, tout comme nous avons besoin de votre soutien pour toutes les victimes de février au Cameroun !!  

 

Nous avons besoin dans un premier temps d’un minimum de 1000 Euro (650.000 FCFA), pour faire opérer ce martyr de la dictature au Cameroun.

III. Comment aider ?

Envoyez vos dons, SVP, à: Mme Afité Madeleine, présidente de l’ACAT Littoral et communiquez nous les références du transfert à helpthevictims@googlemail.com

 

Contact: Tene Sop: 0049 163 46 37 140 ; Patrice Nganang: 001240423 9169

PJ: Quelques images de Nouka Jean Paulin sur son lit d’hôpital. Jugez-en vous mêmes !Images