Commémoration : Pour l`Upc et l`upécisme : l`appel de Genève

C`était il y a cinquante ans ! Ruben Um Nyobe se faisait assassiner.

Par Charly Gabriel Mbock*

En ce cinquantième anniversaire de cet assassinat politique, toutes les filles et tous les fils du Cameroun qui se reconnaissent dans l`Union des Populations du Cameroun se reconnaissent également une obligation morale, sociale et politique : dresser le bilan de ce qu`ils ont fait de la vision et des objectifs pour lesquels Ruben Um Nyobe s`est sacrifié.
Que chacun de nous se recueille un instant pour se poser la question suivante : si Um Nyobe Ruben revenait, serait-il fier ou tout au moins satisfait de mon action ?

Cette question s`impose pour plusieurs raisons dont nous allons évoquer les plus frappantes:
- L`UPC était et devait rester un Mouvement National engagé pour la libération du Cameroun et le bien-être des Camerounais. Nous en avons fait un groupuscule sectariste d`enrichissement personnel par des alliances contre nature et des déclarations déshonorantes de soutien électoral.
- L`UPC était et devait rester un Mouvement National mobilisateur pour l`accession au pouvoir et pour la gestion des affaires de l`Etat du Cameroun. Nous en avons fait une chorale d`accompagnement d`un pouvoir dont nous n`attendons plus que de simples strapontins en guise de pourboire.
- L`UPC était et devait rester un Mouvement National d`unité et d`union des populations du Cameroun, pour une lutte concertée en vue de l`exécution efficace du Troisième Point de son programme : l`amélioration des conditions de vie. Nous en avons fait un instrument de harcèlement politique et de dispersion des nationalistes, un instrument de complicité dans l`appauvrissement des populations. Ce faisant, nous avons poursuivi l`action destructrice des administrations coloniale et néocoloniale.

Car pour plaire aux colons d`hier et à leurs représentants d`aujourd`hui, des upécistes ou des personnes qui se présentaient comme tels se sont mis au service de la paralysie et même de la destruction de l`UPC : ces personnes ont porté les couleurs de l`UPC, mais au lieu d`agir comme force de libération, elles se sont trahies comme instruments de compromission de l`UPC. Au lieu d`œuvrer comme force d`opposition, ces personnes ont travaillé comme force d`obstruction de l`UPC, au point de faire du Mouvement une aubaine pour leur positionnement personnel dans les organigrammes gouvernementaux. En ce cinquantième anniversaire de l`assassinat de Ruben Um Nyobe, il faut redire ce qu`il a si bien su dire : l`UPC n`est pas un parti d`état-majors.
Or tous nos problèmes viennent, non pas de vous Camarades militants, mais de ceux qui ne se sentent upécistes que s`ils dirigent les autres! Ce sont donc les états-majors de l`UPC qui ont causé la perte de l`UPC. Car depuis la mort de Ruben, et avec les disparitions violentes de nos différents Pères Fondateurs, le Mouvement est orphelin et victime de chefs plus ou moins autoproclamés, tous reconnaissables à leurs égos surdimensionné s, source d`une guéguerre fratricide aussi permanente que pitoyable.

L`UPC doit cesser d`être un Club de coqs en combat d`autodestruction.
Lancé de cette Genève si pleine d`histoire pour l`UPC, le présent Appel a une explication, et une justification : nous souhaitons que l`UPC redevienne la propriété des militants de l`UPC. Nous rejetons donc à la fois les chefferies de chicanes et le militantisme d`exclusion. Nous rejetons enfin cette fiction de démocratie ou le pouvoir ne peut tolérer qu`une opposition choisie. Dès qu`un pouvoir s`obstine à choisir ses opposants, il instaure l`unanimisme au détriment du pluralisme : les différences sont gommées, les contradictions combattues et tout désaccord persécuté. C`est le règne de la pensée unique et la consécration du diktat. Ne nous voilons pas la face : le Cameroun est sous la coupe d`une dictature institutionnelle où l`Exécutif légifère et rend la justice en instrumentalisant les institutions parlementaires et judiciaires.
La persécution que l`UPC subit depuis plus de 60 ans ne s`explique pas autrement : on veut bien que les gouvernements soient coloriés d`un peu de rouge et noir, couleurs de l`UPC : à condition que ce rouge et noir aient fait alliance et allégeance. A condition que l`UPC se renie abandonne sa vision nationaliste et ses objectifs sociaux.

Pluralisme
Il ne suffit donc pas qu`il y ait plusieurs partis au Cameroun pour que le pays obtienne un certificat de pluralisme : le multipartisme numérique ne sert qu`à masquer le monolithisme souterrain dont l`UPC est victime ; la pléthore de formations politiques en continuelle prolifération au Cameroun ne multiplie en réalité que les partis satellites du pouvoir. Par ailleurs, l`opposition féroce du pouvoir au libre fonctionnement de l`UPC prouve que loin d`être un parti d`opposition, l`UPC - dont l`histoire est consubstantielle de la naissance de l`Etat du Cameroun - est plutôt le parti auquel tous les autres partis s`opposent.

Cette férocité, la rage d`éradication de l`UPC ne date pas d`aujourd`hui : c`est la mission que la répression coloniale s`était assignée ; c`est cette mission que l`administration du " Cameroun indépendant " poursuit activement. Au Cameroun, en Algérie comme à Madagascar, le drame de la décolonisation est le même : ceux qui ont arraché les dents du rocodile ne sont pas ceux qui les portent. L`imposture dont l`UPC est victime est donc d`avoir, hier, été forcée au maquis et d`être aujourd`hui bannie d`une nation dont elle a pourtant arraché l`indépendance. Cette imposture politique a fait le lit d`une imposture managériale qui a débouché sur un drame de gestion : la conduite des affaires de l`Etat a été non pas confiée, mais prêtée à ceux-là même qui refusaient l`indépendance du Cameroun. Voilà pourquoi depuis son indépendance politique le Cameroun est administré et pas gouverné. Une administration néocoloniale gère les questions courantes en vigilante préservation des intérêts extranationaux. Les populations, elles, attendent toujours l`avènement d`un gouvernement national qui veille enfin sur leurs conditions de vie et sur les intérêts nationaux.

Comment donc encore s`étonner que dans sa majeure partie, la classe dirigeante du pays soit en route vers les prisons du Cameroun ? Pour la plupart de ces "Responsables" , le Cameroun n`était qu`une affaire lucrative, un butin, une opportunité de rapine. Et les Généraux de l`UPC qui ont épousé leur manière de faire n`auront donc pu que travailler comme leurs alliés, à savoir contre les intérêts et la vision de l`UPC. Il est donc tout aussi compréhensible qu`en toute alliance, eux aussi soient cités dans les indélicatesses de gestion qui intéressent l`Epervier…Quand chaque upéciste aura vu clair dans son militantisme, nous comprendrons pourquoi nous devons militer pour l`UPC et non pour des individus aussi vulnérables par leurs appétits que transitoires par nature.

Camarades, l`heure des comptes et du bilan a sonné. Que chacun de nous présente ses acquis et ses résultats pour l`organisation de la suite. L`heure des retrouvailles et de la reconstruction a sonné. Que chacun sorte de sa chambre pour rejoindre les autres Camarades, tous les autres Camarades qui, au Cameroun, se réclament de l`UPC. Nous devons tous aller à la recherche de cette UPC que nos multiples erreurs, nos multiples fautes et nos incorrigibles faiblesses ont égarée. Celui qui retrouvera l`UPC que nous recherchons doit savoir qu`il aura retrouvé le destin d`honneur du Cameroun.
Cette volonté de refondation est noble, la tâche ardue et le chemin plein d`embûches, au premier rang desquelles la confiscation administrative du sigle de l`UPC. Cependant si le sigle de l`UPC est confisqué par l`Administration en protection de ses alliés de toujours, les upécistes ont le devoir de valoriser et de sécuriser l`upécisme. J`entends par là qu`au-delà des noms de baptême et des sigles, il y a le programme. Le plus important est de sauver le programme de l`UPC que les usurpateurs de son sigle et d`autres courants d`air ne veulent pas et ne peuvent simplement pas appliquer compte tenu de leurs alliance et allégeance pour l`obstruction, la destruction et l`extinction du Mouvement.
Que devrions-nous donc faire maintenant que le sigle de l`UPC semble définitivement séquestré par un pouvoir dont l`objectif manifeste est d`exclure définitivement l`UPC crédible de la vie politique nationale ? Que devrons-nous faire si, par déni de justice, le pouvoir persiste à nous opposer cette UPC administrative qu`il s`est confectionnée sur mesure comme alliée et qui semble si bien convenir à ses intérêts ?

Disparition
Quelles que puissent être nos suggestions, la décision appartient aux militants et sympathisants de notre Mouvement. L`UPC a certes déjà disparu des principales institutions républicaines, mais cela ne veut pas dire que l`upécisme a disparu de la République. Et l`upécisme comme vision et comme programme a le loisir, la liberté et le pouvoir de s`exprimer sous d`autres symboles et sous d`autres noms de baptême. Allons-nous baisser les bras et nous résigner à des jérémiades alors que par une action vigoureuse nous pouvons remettre l`upécisme en selle pour notre odyssée démocratique et sociale ?
La réponse vous appartient, Camarades. Et le monde compte plusieurs exemples où le nom d`un Mouvement a changé sans que change le programme dudit Mouvement. Bien au contraire, il est démontré que pour des raisons tactiques et stratégiques, on peut changer de maillot sans pour autant changer d`équipe. L`upécisme doit triompher, même sous un nom de maquis. C`est le meilleur hommage que nous puissions rendre aux martyrs de l`UPC dont la plupart sont tombés dans le maquis.

Bien plus, ne nous interdisons pas de voir grand, de voir large, de voir loin : nous pouvons, cinquante ans après son assassinat, obtenir de Ruben Um Nyobe le droit de participer activement à la mise en place d`un grand Mouvement Nationaliste de Gauche au Cameroun. Notre famille politique en a les compétences. Nous pourrions tous en rechercher les moyens et ce ne sont pas les hommes et les femmes de valeurs qui manqueraient à une telle mobilisation.

Ruben et ses Pairs méritent bien que nous nous fatiguions un peu pour cette perspective. Tous comprendraient que nous refusions de voir l`upécisme se laisser piéger par l`administration néocoloniale. Tous comprendraient que par-delà les sigles, l`upécisme restaurée serve de socle à un grand Mouvement Nationaliste de Gauche au Cameroun.

Vive Ruben Um Nyobe

Vive l`Upécisme

Vive la Gauche Nationaliste du Cameroun !

Genève, 03 Septembre 2008

* Ancien député RDPC  converti  UPC