Cameroon pressure group criticises France's "support" for Biya

Paris, France (PANA) - A Cameroonian pressure group has criticised France for it s "support" for President Paul Biya, warning that this could lead to retaliation

against French citizens in Cameroon as happened in Cote d'Ivoire in 2004.

Tene Sop, Communication Secretary of the umbrella Cameroonain Democratic and Pat riotic Organisations (CODE), warned that the situation is serious and "the least

problem can turn into violence".

CODE and Cameroonian opposition parties have criticised Paris for not condemning the suppression of demonstrations against the high cost of living, in February 2 008 in the main cities of Cameroon, especially Douala and Yaoude.

About fifty people died in the suppression of the demonstrations, according to t he official toll.

CODE also criticised France for rolling out the red carpet to President Biya who is on an official visit to the European country.

"France's interest should be to support the democratic movement and the progress ive forces," according to Sop, who said he was afraid for the French people in C a meroon in the event of instability.

According to him, France has not learned any lesson from the riots against the F rench community in Ivory Coast in 2004.

Sop recalled that Ivorian demonstrators targeted the French and their properties , accusing them of siding with the rebels thus forcing the French authorities to

carry out mass repatriation of their nationals.

"Nothing shows that the same situation cannot happen in Cameroon. The general feeling nowadays is that France supports Paul Biya,” he said.
 
Paris - 25/07/2009
 
Your Feedback

Subscribe | Contact Us | Webmaster | Copyright Notice

Tene_ANF_210709

Le soutien de la France au président Paul Biya dénoncé

Paris, France (PANA) Le soutien constant de la Fr ance au président camerounais, Paul Biya, a fait naître au Cameroun un sentiment anti-français qui expose les quelque 30.000 Français résidant dans ce pays à des représailles, a mis en garde vendredi à Paris, un responsable du Collectif des organisations démocratiques et patriotiques de la diaspora camerounaise (CODE), Tene Sop.

"Ce sentiment anti-français a largement dépassé les limites. Et il suffit d'une étincelle pour que les choses s'embrasent", a averti le secrétaire à la communication du CODE dans un entretien avec la PANA.

Le CODE et les partis d'opposition camerounais reprochent à Paris de n'avoir pas condamné la répression des manifestations contre "la vie chère", organisées en février 2008 dans les principales villes du Cameroun, notamment à Douala et Yaoundé.

Ces manifestations avaient fait près d'une cinquantaine de morts, selon un bilan officiel, rappelle-t-on.

Il est également reproché à la France d'avoir déroulé "le tapis rouge" au président Biya pour la visite officielle qu'il a entamée mardi dans le pays.

"L'intérêt de la France est de soutenir le mouvement démocratique et les forces progressistes", selon Tene Sop, qui craint pour les biens des Français du Cameroun en cas d'instabilité.

Selon lui, le gouvernement français n'a pas tiré "suffisamment de leçons" des émeutes anti-françaises de novembre 2004 en Côte d'Ivoire.

On rappelle à ce propos que des manifestants ivoiriens s'en étaient pris aux Français et à leurs biens, accusant la France de complicité avec la rébellion, obligeant ainsi les autorités françaises à procéder à l'évacuation massive de leurs ressortissants.

"Rien n'exclut que la même chose se produise au Cameroun. Le sentiment le plus répandu aujourd'hui, c'est que la France soutient Paul Biya", souligne-t-il.

Les partisans d'un changement de la politique française au Cameroun ont reçu mardi le soutien des députés socialistes français François Hollande et Pierre Moscovici, ainsi que celui de l'association "Survie", réputée pour son combat contre la Françafrique.
 
Paris - 25/07/2009