Congrès extraordinaire d’investiture du Parti Nigérien pour la Démocratie et le Socialisme (PNDS Tarayya) M. Mahamadou Issoufou, investi candidat du parti pour les prochaines élections présidentielles PDF Imprimer Envoyer

 

Écrit par Oumarou Moussa (Le Sahel du Lundi 08 Novembre 2010)
Lundi, 08 Novembre 2010 20:17

Le Parti Nigérien pour la Démocratie et le Socialisme PNDS Tarayya a plébiscité, samedi dernier son président, M. Mahamadou Issoufou, en tant que candidat pour les élections présidentielles qui se tiendront au mois de janvier prochain. Cette unanimité sur la personne du candidat Mahamadou Issoufou, s’est faite à l’occasion du congrès extraordinaire d’investiture du parti qui s’est déroulé au Palais des sports, et auquel ont pris part les délégués des huit fédérations du parti rose.

Intervenant à l’issue de son investiture, le candidat Mahamadou Issoufou s’est engagé à se battre de toutes ses forces, et en comptant sur le soutien de tous les militants du PNDS, notamment l’Organisation des Femmes Tarayya (OFT), et l’Organisation des Jeunes Tarayya (OJT), pour transformer les circonstances favorables en bulletins de vote dans les urnes. A l’ouverture du congrès, le président du PNDS Tarayya a indiqué que, cette rencontre constitue l'occasion d'évoquer les grandes lignes du programme qu’il a l'intention de présenter aux électeurs.

En premier lieu, devait-il ajouter, il est important de noter que le PNDS est porteur d'une grande vision, celle d'un Niger démocratique, uni, stable, sécurisé, prospère, solidaire, juste et humain. « De cette vision découlent quatre priorités : stabiliser les institutions démocratiques, assurer la sécurité des frontières du pays ainsi que celle des personnes et des biens sur toute l'étendue du territoire, nourrir les Nigériens par les Nigériens en mettant fin aux famines cycliques, et relever l'indice de développement humain. Notrepays a beaucoup souffert d'instabilité politique.

Cette instabilité résulte, au fond, de la contradiction qui existe entre les forces démocratiques et les forces anti-démocratiques, entre les forces de l'avenir et celles du passé ». Evoquant la troisième priorité de son programme d’action, le candidat du PNDS Tarayya a indiqué que si le Niger veut éradiquer la faim, et réaliser les trois « n », c'est-àdire «les Nigériens Nourrissent les Nigériens» alors il faudra ne plus dépendre des cultures pluviales et donc promouvoir un vaste programme d'irrigation qui mobilisera toutes les terres irrigables et toutes les eaux disponibles, qu'elles soient de surface ou du sous-sol.

« L'eau est pour nous une ressource plus importante que l'or, plus importante que l'uranium, plus importante que le pétrole. Il nous faudra donc en avoir la maîtrise. Nous ne pouvons couvrir nos besoins en alimentation qu'en travaillant la terre onze (11) mois au lieu de six (6) dans l'année. Cela n'est pas possible sans la maîtrise de l'eau. Celle-ci nous permettra de développer aussi l'élevage intensif et semi-intensif, ainsi qu'une lutte plus efficace pour la protection de l'environnement. Elle nous permettra également de libérer les femmes rurales de cette corvée d'eau qui consomme leur temps et consume leur vie.

Par ailleurs, il nous faudra former des paysans d'un type nouveau, promouvoir de nouvelles techniques culturales, disposer de variétés de semences appropriées, accroître les rendements », a souligné M. Mahamadou Issoufou. Evoquant le relèvement de l'indice du développement humain, qui est sa quatrième priorité, le président du PNDS a dit qu’il s'agira d'organiser une grande bataille ; la bataille contre l'ignorance, afin que les lumières pénètrent dans toutes les couches de la société nigérienne. L'homme est le capital le plus précieux, devait-il ajouter, avant de poursuivre qu’il a pour ambition de développer ce capital en dotant les nigériens d'un socle commun de connaissances avec l'école obligatoire et gratuite jusqu'à l'âge de seize (16) ans.

« Nous envisageons, sur dix ans, de porter à 25% et à 10% respectivement le nombre de brevetés et de bacheliers pour une même génération d'âge. Le développement de l'enseignement supérieur et de la recherche permettra de doter notre pays de la base scientifique dont il a besoin pour son développement économique et social. La part de l'enseignement professionnel et technique, dans l'enseignement global, sera portée de 8% aujourd'hui à 25%, afin de couvrir les besoins de notre société en ouvriers spécialisés et en cadres de maîtrise » a précisé le président du PNDS . Parlant du chômage et de la fuite des cerveaux, M. Mahamadou Issoufou a dit que le Niger doit offrir des opportunités et donner de réelles perspectives aux jeunes, y compris ceux de la diaspora.

« Un projet, vivier de compétences, en vue de recenser toutes les compétences dont dispose le pays, est actuellement intégré au site Internet de notre parti. Nous lançons un appel aux jeunes pour qu'ils s'inscrivent sur ce site. Le Niger dispose d'un potentiel de création d'emploi qu'il va falloir exploiter. Du reste, nous venons de voir comment le secteur de la sécurité, le secteur agricole, celui de l'éducation, de la santé, des infrastructures, des mines peuvent être pourvoyeurs d'emplois. Dans cette perspective, le secteur privé pourra y contribuer si on lui crée un environnement favorable notamment la sécurité juridique dans un Etat de droit stable qui ne laisse aucune place à la corruption, à l'arbitraire, aux tracasseries administratives, une fiscalité attractive, une politique de crédit favorable.

Notre ambition est, ici, d'accroître, de manière substantielle, le volume des investissements directs étrangers dans notre pays. Je sais que les Nigériens ont souvent été victimes de fausses promesses. Je sais que les Nigériens savent, désormais, que ce n'est pas ce qu'on dit qui compte, mais ce qu'on fait. Néanmoins, je sais, aussi, qu'ils savent que, même s'il y a des hommes politiques qui considèrent que la politique est l'art de mentir et donc l'art de faire de fausses promesses, il y en a aussi qui sont des hommes de parole et qui font ainsi honneur à la politique. En politique, comme dans tous les métiers, il y a des tricheurs mais il y a aussi des gens honnêtes », a conclu le candidat Mahamadou Issoufou.