Affaire primature au PDCI - La proposition de Ouattara fâche des hommes de Soro

Publié le jeudi 25 novembre 2010   |  L'Inter



 

Présidentielle

© Abidjan.net  par Emma
Mardi 2 novembre 2010. Abidjan. Primature. Photo: le premier ministre Guillaume Soro



Vos outils


IMPRIMER

height=28

REAGISSEZ


PARTAGEZ

 

La proposition du candidat Alassane Ouattara de confier le poste de Premier ministre à un cadre issu du Parti démocratique de Côte d`Ivoire (PDCI),  s`il est élu à l`issue de l`élection présidentielle du 28 novembre prochain, fâchent certains dirigeants des Forces Nouvelles (FN). Il y a quelques jours, un haut dirigeant de l`ex-rébellion, avec qui nous avons échangé sur la question, a estimé que la proposition faite par M. Ouattara au PDCI pour occuper la Primature était `` tout simplement inopportune``.

Ce haut responsable FN, dont nous taisons volontairement le nom, a vertement critiqué la méthode du candidat du Rassemblement des Républicains (RDR) tendant à  désigner ici et maintenant un Premier ministre. «Nous sommes encore là, même si certains candidats ont déjà en projet de nous faire partir de la Primature. Ce n`est pas comme ça on fait de la politique! Enfin! Nous on les regarde et on attend le 28 novembre prochain pour voir ce qui va se passer», a poursuivi le responsable des FN, par ailleurs conseiller du Premier ministre Soro. Sa position, croit-on à la Primature, est aussi celle de bien d`autres collaborateurs du chef du gouvernement. C`est vrai que le secrétaire général des FN, Guillaume Soro, a dit qu`il entendait quitter la Primature une fois les élections de sortie de crise terminées.

Mais l`arbitre du processus électoral verrait d`un mauvais œil le fait d`être contraint de partir aussi vite de la Primature suite à un accord PDCI-RDR.

Le Conseil politique du Rassemblement des Houphouétistes pour la démocratie et la paix (RHDP) a tenu, samedi 20 novembre dernier, au siège du PDCI à Cocody, sa toute première réunion pour lancer les bases d`un parti unifié. C`est à l`occasion de cette rencontre que le candidat Alassane Ouattara a officiellement annoncé à la presse qu`il confiera, s`il est élu au soir du 28 novembre 2010, la Primature au PDCI d`Henri Konan Bédié.

« Nous avons donné instructions au Directoire du Rhdp pour rédiger les annexes concernant le statut du parti unifié et les questions de poste de responsabilité. A cet égard, j`ai proposé au Conseil politique, après accord du président du Rhdp, que le poste de Premier ministre sera confié au Pdci-Rda, à l`issue de ces élections» a soutenu M. Ouattara.

Si la décision du candidat du RDR de donner la Primature au PDCI fait grincer des dents au sein des Forces nouvelles, c`est parce que M. Ouattara est aujourd`hui candidat et éligible à la Présidence de la République, en grande partie grâce au combat de Guillaume Soro et de ses hommes. Le RDR a, en effet, bénéficié de l`appui des FN pour permettre à M. Ouattara d`être dans la course à la Présidence de la République. En mars 2008, au sortir de la rencontre qui s`est tenue à huis clos et qui a duré environ une heure, le Secrétaire général adjoint du RDR chargé des Affaires politiques, Amadou Soumahoro, a renouvelé, au nom de M. Ouattara, le soutien ferme de son parti au combat des FN. «L`ensemble de la direction générale du RDR, avec à sa tête le Docteur Alassane Ouattara, soutient les Forces nouvelles dans le dur combat que mène le Secrétaire général des Forces nouvelles », avait déclaré l`ancien ministre Amadou Soumahoro. En tournée à Bouaké en 2009,  Alassane Ouattara lui-même, a lâché des phrases fortement chargées à l`endroit des FN. «Votre combat était indispensable, vous avez pris les armes contre un homme, cet homme est encore au pouvoir (…)», avait dit M. Ouattara pour encourager Guillaume Soro et ses hommes. Il apparaît dès lors assez difficile pour certains responsables FN d`accepter aujourd`hui que le candidat du RDR, une fois élu, commence son mandat présidentiel avec un Premier ministre PDCI, au détriment d`un cadre issu de l`ex-rébellion.

En tout cas, des collaborateurs de Guillaume Soro se sentent incompris et mal récompensés au moment où on s`achemine vers la fin de la crise. Réunis, mardi 23 novembre 2010, pour une formation dans le cadre des préparatifs du second tour du scrutin présidentiel, 32 délégués généraux des Forces nouvelles(FN) se sont élevés contre des ``manœuvres de diabolisation`` contre leur organisation.

TRA BI Charles