Ce mercredi 20 avril 2011, le premier acte de répression du mouvement citoyen international qui s'est constitué pour dénoncer les ingérences françaises en Côte d'Ivoire - dont le point culminant est la campagne de bombardements contre les symboles de l'Etat ivoirien et la "capture" par des officers des forces spéciales de Licorne de Laurent Gbagbo et de ses proches - a eu lieu. La police de Hambourg a arrêté, alors qu'ils se préparaient à commencer une manifestation, un certain nombre d'activistes politiques, dont Guillaume Tene Sop, président du CNR-MUN (Conseil national de résistance - Mouvement umnyobiste), association camerounaise à caractère politique.

Après une heure de détention et un interrogatoire serré, la police de Hambourg a libéré les activistes, leur signifiant tout de même qu'ils seraient poursuivis pour avoir brûlé le drapeau français.