DECLARATION DU CNR-MUN SUR LE COUP D'ETAT AU MALI

Le régime du Président Toumani Touré a été emporté ce 22 Mars par un coup d’Etat militaire qui a aussitôt suspendu les institutions et les libertés acquises de haute lutte par le peuple malien à la suite de la révolution démocratique du 26 mars 1991.

Depuis plusieurs mois en effet, le Parti SADI et ses dirigeants ne cessent de dénoncer la politique de l’autruche du president ATT face à la crise militaire dans le Nord du Mali ainsi que les accointances de dignitaires du régime avec des narcotrafiquants qui ont pris en otage le Nord du pays. A plusieurs reprises, le Parti SADI, seul parti de l’opposition malienne, a appelé le président Malien et son gouvernement, à :

- Cesser d’envoyer les militaires maliens sans réelle défense à «l’aventure» dans le Nord, et à mettre les moyens financiers et militaires suffisants et adéquats à la disposition de l’armée malienne afin de la rendre plus opérationnelle face au MNLA et ses métastases terroristes.

- Engager une concertation et un dialogue sincères avec toute la classe politique malienne dans le but de trouver une solution politique à la crise dans le Nord;

- Venir s’expliquer devant le Parlement malien sur la stratégie du gouvernement pour ramener la paix dans le Nord;

- Suspendre le processus électoral jusqu’à ce que l’intégrité du territoire malien soit restaurée

La mise en œuvre de cette feuille de route proposée par SADI aurait pu mettre le Mali à l’abri du coup d’Etat de ce 22 Mars et fait l’économie de la rupture de l’ordre constitutionnel qui s’en est suivi.

Le Président ATT par son entêtement et sa politique permanente de fuite en avant, porte avant tout, l’entière responsabilité de la détérioration de la situation sociopolitique qui a débouché sur le coup d’Etat de ce 22 Mars 2012 au Mali.

Le gouvernement impérialiste français est coupable de l’instabilité meurtrière qui règne dans le Nord du Mali et dans toute la bande Sahélo-Saharienne d’Afrique de l’Ouest. Ceci à cause de sa guerre de pillage en Libye, qui a mis en circulation diverses armes sophistiquées, tombées aux mains de groupes terroristes et de narcotrafiquants qui écument aujourd’hui la région. Aussitôt le coup d’état officialisé, la France s’est empressée d’annoncer la suspension de son «aide au Mali» et a appelé à «l’organisation d’élections au plus vite»!

- Le Conseil National pour la Résistance-Mouvement Umnyobiste (CNR-MUN) salue la lucidité et la justesse des analyses du parti SADI, dont les dirigeants ont plusieurs fois interpellé ATT sur les conséquences de sa politique de l’autruche sur le moral des troupes

- Le CNR-MUN appelle les forces progressistes et le peuple maliens à une grande vigilance face au nouveau régime et les soutient dans leur lutte pour le retour à un régime démocratique, aux libertés et à l’état de droit.

- Le CNR-MUN dénonce et condamne fermement l’immixtion de la France pompier-pyromane, dans les affaires intérieures du Mali et est absolument scandalisé par l’exigence néocolonialiste faite par Mr Juppé à la junte malienne, d’organiser des élections «le plus vite possible», alors même que les 2/3 du Mali sont occupés par des groupes terroristes. La France peut-elle organiser des élections si les 2/3 de son territoire sont occupés par des rebelles Corses?

- Le CNR-MUN appelle le nouveau régime, à éviter la tentation du «Gueisme» et du «Dadisme» et de travailler effectivement pour l’unité et la réconciliation nationales au Mali et le retour à une vie démocratique normale, devant consacrer à terme, le retour des civils au pouvoir.

La lutte continue. «Oser lutter c’est oser vaincre» !

A bas l’impérialisme!

 

Fait le 22 Mars 2012

Tene Sop

Secrétaire Général du Conseil National pour la Résistance/

Mouvement Um Nyobiste (CNR-MUN)

tenesop@googlemail.com