Les Maliens de Hambourg, les amis du Mali et les communautés africaines du Nord de l'Allemagne ont massivement battu le pavé ce samedi 14 avril  pour dénoncer la rébellion du MNLA et ses complices, qui occupent le Nord du Mali depuis fin mars, consacrant de fait, la partition de ce vaste pays sahélo-saharien de 1 million 200 mille Km2.

IMG_0023IMG_0038

Ils étaient plus de 250 manifestants, dont de nombreuses femmes et leurs enfants dans les poussettes ou au dos, dans ces jolis boubous multicolores qui caractérisent les Ouest africaines. Ils ont crié leur indignation et appelé à l'aide de l'opinion publique allemande pour les populations des zones septentrionales du Mali, où les islamistes de AQMI et ANSAR DIN font la pluie et le beau temps, terrorisant les populations civiles, depuis qu'ils ont pris possession des lieux.

La manifestation était organisée par le Comité Mali, un groupe informel qui a été spontanément mis sur pied pour  rassembler et fédérer les initiatives de tous les maliens et leurs amis dans le Nord de l'Allemagne, autour de la crise politique, militaire et humanitaire que traverse le pays de Modibo Kéita, le premier Président du Mali.

IMG_0123IMG_0125

C'est peu après 10 heures, ce samedi 14 avril 2012, que les manifestants ont commencé à se rassembler par petits groupes, à la gare centrale de Hambourg (Hauptbahnhof), munis de pancartes,  banderoles et  drapeaux, le tout sous le regard discret de la police. Certains manifestants sont d’ailleurs venus d'aussi loin que Düsseldorf, Cologne, Hanovre, Brême, Berlin, etc. pour témoigner de leur douleur par rapport à la violence que vit le Mali depuis plusieurs semaines.

IMG_0040IMG_0051

A 12heures, le cortège s’est mis en branle en direction de la principale avenue commerciale de la ville de Hambourg -la Mönckebergstrasse- très fréquentée ce samedi ensoleillé. Une grande banderole, au design impeccable ouvre la manifestation. On peut y lire en allemand « Non à l’occupation du Mali, Non à la division du Mali, Oui à la démocratie au Mali »; des mots qui résument tout le sens de cette marche de dénonciation. De nombreuses pancartes parsèment le cortège et distillent des messages dans le même sens. « Non à l’impérialisme au Mali » peut –on lire sur l’une des pancartes qu’arbore fièrement un adolescent d’à peine 15 ans, venu avec son père pour la circonstance.

Des slogans contre le MNL et Al-Qaïda fusent alors de partout : «MNLA, terroriste, Al-Qaïda, terroriste, Aqmi, terroristes » lancent les manifestants.

IMG_0003IMG_0007

Initialement, la police avait décidé de faire défiler les marcheurs sur le trottoir, certainement convaincue "qu’il n’y aurait pas grand monde", comme c’est souvent le cas lorsque les africains organisent des manifs à Hambourg. C’était sans compter avec le sentiment d’unité qui habite aujourd’hui plus qu’hier les maliens de toutes les obédiences politiques, leur fort désir  de vivre dans un pays en paix et uni dans la diversité culturelle qui l’a toujours caractérisé. Les organisateurs, forts du nombre de protestataires ayant répondu présents, ont dû contraindre par la persuasion, la police à leur ouvrir la chaussée.La foule se sent libérée  comme l'indiquent les voix qui tonnent encore plus fort, attirant de nombreux badaux qui veulent comprendre ce qui se passe.

Une fois sur la chaussée, les marcheurs prennent la direction l’hôtel de ville de Hambourg (la Rathaus) où siège le gouvernement local de la ville de Hambourg. C'est ici que la manifestation s’est dispersée deux heures après son lancement, dans une ambiance bon enfant, avec le sentiment chez la plupart des participants d’avoir fait «œuvre utile pour le retour de la paix au Mali »

IMG_0095IMG_0099

Tout au long du cortège, des tracts d’informations sont abondamment distribués aux passants et aux curieux désireux de comprendre pourquoi ce groupe de manifestants, un peu trop bouillant et bruyant, avec de nombreuses africaines, dans leurs jolies boubous, troublent-ils la tranquillité du centre commercial de Hambourg, au lieu de profiter du soleil comme tout le monde. Munis en effet de vuvuzélas, trompettes et tambours, les manifestants étaient audibles dans un rayon de plusieurs centaines de mètres.

IMG_0172IMG_0149

A la fin de la marche, les initiateurs n’ont pas caché leur satisfaction. L’une des organisatrice Madame Ba Hawa Fofana s’est dite « très contente qu’autant de personnes soient sorties pour la manifestation ». Même son de cloche chez MM. Soumaila Konaté et Mohamed Mansaré qui ont promis des manifestations similaires dans un avenir proche.

IMG_0201IMG_0195IMG_0069IMG_0154IMG_0046IMG_0004IMG_0070IMG_0045IMG_0179IMG_0096IMG_0112IMG_0111