« Élections législatives et municipales du 30 septembre 2013 au Cameroun: Le Mouvement Umnyobiste ne se sent pas concerné par cette escroquerie politique» !

code

 

Après des mois d’atermoiements, le régime dictatorial sanguinaire de Paul Biya s’est enfin décidé, à organiser sans concertation des forces politiques et sociales, les élections législatives et municipales pour le 30 Septembre 2013.

Rappelons que ces élections interviennent alors que l’ensemble des forces politiques nationales de même que les observateurs nationaux et internationaux, reconnaissent que les conditions actuelles ne permettent pas d’espérer des élections démocratiques et transparentes et par conséquent, expose le pays à des risques de violences électorales ou post électorales.

En refusant les revendications des forces politiques internes, de la diaspora patriotique regroupée au sein du CODE, des dignitaires religieux, des autorités morales et du peuple camerounais tout entier, pour des élections à deux tours organisées par une véritable Commission Electorale Indépendante (CENI), Paul Biya reste dans la logique de fraude électorale permanente qui l’a toujours habitée depuis le retour au multipartisme en 1991.

Le Comité Exécutif du Conseil National pour la Résistance-Mouvement Umnyobiste tient ici à réitérer sa position, maintes fois exprimées, au sujet des élections au Cameroun: « toute élection organisée au Cameroun sans Commission Electorale Indépendante(CENI), sans scrutin à deux tours et sans bulletin unique sera considéré comme nulle et de nul effet et les instituions qui en sortiront seront combattues avec virulence jusqu’à leur renversement ».

Tenant compte de ce qui précède, le CNR considère que les conditions minimales n’étant pas réunies, les élections couplées du 30 Septembre 2013 apparaissent comme une autre mise en scène devant servir de gadget de légitimation et de caution démocratique au régime impopulaire et antipopulaire de Paul Biya au pouvoir au pouvoir depuis 3 décennies Cameroun. Cette mascarade électorale ne donne aucune autre alternative au peuple Camerounais que celle du boycott.

Le Comité Exécutif du Conseil National pour la Résistance appelle à une coalition des forces progressistes pour la libération du Cameroun de cette bande d’apatrides congénitaux qui ont pris le Cameroun en otage.

La lutte continue

Pour la Patrie et l’Afrique nous vaincrons !

Ce 26 Septembre 2013

Le Comité Exécutif du Conseil National pour la Résistance/

Mouvement Umnyobiste (CNR-MUN),

 

 

Tene Sop

Secrétaire Général