Le Conseil National pour la Résistance, Mouvement Umnyobiste dénonce l'interdiction du congrès de l’UPC-Originelle, par le régime fasciste de Paul Biya!

Nous avons appris sans surprise l’interdiction du Congrès de l’UPC-Originelle, prévu du 14 au 16 août, par le régime liberticide et antidémocratique de Paul Biya.

Nous n’avons pas été surpris par cette énième interdiction qui frappe une manifestation du Parti des héritiers de  Um Nyobè, leader de la lutte de libération nationale au Cameroun. C’est en effet le même scénario qui a été mis en œuvre depuis 1955 pour interdire le Mouvement Nationaliste et le contraindre à la clandestinité et puis à l’exil. Et c’est le même schéma qui fonctionne depuis le retour au multipartisme, et qui a vu l’interdiction de l’UPC-Manidem à Boumougoum en 1991 alors que l’UPC-pro-gouvernementale conduite par le duo maléfique Dicka Akwa Bonambele/Kodock Bayiha, était autorisée à tenir son congrès à Nkongsamba… sous haute protection policière!  

Il y a quelques semaines le théâtral Ministre de la Communication de Paul Biya, le transfuge et Issa Tchiroma Bakary, enjoignait à la Télévision nationale de ne donner la parole à l’UPC-gouvernementale, celle-là même qui depuis 1992, est en alliance avec le régime tyrannique au pouvoir au Cameroun.

En interdisant le congrès de l’UPC - Originelle, le pouvoir dictatorial à Yaoundé,  a donc réaffirmé sa préférence et sa protection pour la faction de l’UPC dirigée par Basile Louka, qui a tenu son Congrès, il y a quelques semaines… sous un impressionnant encadrement policier !

Face à cette injustice inacceptable, le Conseil National pour la Résistance-Mouvement Umnyobiste(CNR-MUN):

1- Condamne fermement l’interdiction du Congrès de l’UPC par les agents du néocolonialisme Français installés à Yaoundé  et réitère que la liberté l’expression, de manifestation et de réunions est un Droit inaliénable pour tout camerounais indépendamment de son appartenance politique ou autre.

2- Réaffirme sa solidarité et son soutien indéfectibles à l’UPC dite des Fidèles, à ses militants et à ses leaders Alexis Nsamè Ndema et Albert Moutoudou devant cet ostrascime dont ils sont victimes;

3-  S’engage à mobiliser la Gauche Africaine  contre ces persécutions dont est victime l’Union des Population du Cameroun ;

4- Renouvelle son appel à un Front Commun des Forces Progressistes contre la dictature au pouvoir au Cameroun et pour proposer une alternative à la navigation à vue dans laquelle Biya et sa clique ont plongé le Cameroun.

 La lutte continue. Unis et Solidaires, nous vaincrons !

Ce 15 Aout 2015

Tene Sop

Secrétaire Général du

Conseil National pour la Résistance-Mouvement Umnyobiste (CNR-MUN)