Non à ELECAM-Oui à la CENI

Affiche publicitaire d'ELECAM (Modifiée par le CODE),  le mardi 23 Aôut 2011, à la Maison Camerounaise de Hambourg pour sensibiliser la diaspora camerounaise à s'inscrire sur les listes électorales

 A Hambourg, dans le Nord de l'Allemagne, les camerounais refusent de s'inscrire sur les listes électorales. C'est le constat qui se dégage sur le terrain, dans une ville où les partisans de l'opposition sont très actifs contre le régime au pouvoir à Yaoundé.

Ces opérations d'inscription sur les listes électorales visant les camerounais vivant dans le Nord de l'Allemagne avaient pourtant été annoncées à grand renfort de publicité pour le Mardi 23 Août, à la "Maison camerounaise" de Hambourg. C'est le RDPC qui s'est d'ailleurs chargé de diffuser l'information dans la Communauté Camerounaise locale. Flaubert Pankui, le président de la section Rdpc, dans un message électronique annonçait son "plaisir d'informer la communauté camerounaise de Hambourg , qu'une délégation de l'ambassade avec à sa tête le ministre conseiller, effectuera à nouveau un déplacement sur Hambourg le mardi 23.08.2011 afin de permettre à tout un chacun de pouvoir s'inscrire sur les listes électorales (...)".

Une première mission de l'Ambassade du Cameroun avait déjà eu lieu dans la ville Hanséatique le samedi 13 Août dans le but d'inscrire les camerounais  en vue des élections à venir. Les Camerounais boudèrent complètement le rendez-vous et l'Ambassade du Cameroun à Berlin jugea "indispensable" de programmer une seconde rencontre à Hambourg, avec les encouragements des thuriféraires locaux du RDPC, qui prétendaient "contrôler la situation". Ces derniers avaient attribué le boycott des listes électorales à la "spontanéité de la visite du personnel de l'Ambacam qui n'avait pas permis de mobiliser les camerounais de Hambourg et ses environs".

Le Mardi 23 Août, Maison Camerounaise. Il est 19heures. La "délégation de l'Ambassade avec à sa tête le Ministre Conseiller" comme annoncé, est absente. A sa place, c'est le président de la section RDPC à Hambourg, assis derrière une table et s'ennuyant visiblement, qui essaye de courtiser et proposer aux rares visiteurs qui s'aventurent sur ces lieux, des fiches de demande de carte consulaire et d’inscription sur les listes électorales. Ce qui n'a pas manqué de susciter le courroux d’un étudiant venu pour se faire recenser. "On nous a dit qu'une délégation de l'ambassade viendrait  pour nous inscrire (...); où est donc cette délégation? Pourquoi c'est le président du RDPC à Hambourg qui est chargé d' inscrire les gens sur les listes électorales?" tempête N.J, étudiant en électronique, avant de sonner la charge : "quand on va dire que l'ambassade c'est le RDPC ou que ELECAM, c'est le RDPC, vous allez dire qu'on ment (...)". "En voila la preuve", fulmine notre jeune homme, très en colère, avant de claquer la porte.

 SAM_0025

La Maison Camerounaise ce mardi 23 Aout 2011: d'habitude fourmillant de monde, elle n'a pas connu d'affluence pour les listes électorales.

"Nous sommes venu nous assurer que notre mot d'ordre de boycott est effectif"

L'une des curiosités de cette soirée "d'inscription sur les listes électorales" a été l'arrivée autour de 19 heures, de Monsieur Tene Sop, Membre du CODE et Secrétaire Général du Conseil National pour la Résistance - Mouvement Umnyobiste (CNR-MUN), qui a récemment cosigné une déclaration conjointe avec d'autres organisations de la Diaspora, pour appeler au boycott actif des listes électorales et de l'élection présidentielle. "Où est la délégation venue de Berlin pour les inscriptions, Interroge-t-il d'emblée ! "La délégation a eu un empêchement et m'a demandé de l’aider à faire le travail, ce que j’ai accepté (…)" rétorque un peu embarrassé Flaubert Pankui. « Non, ca c’est un acte illégal et frauduleux car un militant de parti na pas la crédibilité et l’impartialité requises pour représenter aussi bien l’AMBACAM que ELECAM (…) ; c’est comme cela que vous faites pour bourrer les listes électorales d’électeurs fictifs. Vous êtes pris en flagrant délit de fraude électorale !…» tempête Tene Sop. « Non, je n’inscris personne, tente de rassurer Pankui , je rassemble juste les fiches pour les acheminer à l’Ambacam à Berlin et c’est elle qui va établir les cartes d’électeurs». Il s'ensuit alors une discussion très animée entre les deux. Interrogé sur sa présence sur le site des inscriptions alors que son mouvement a appelé au boycott, Tene Sop réplique "nous sommes venu nous assurer que notre mot d'ordre de boycott est effectif" avant d'expliquer ce qu'il entend par boycott actif: "le boycott actif, murmure l’activiste, c'est être présent sur le théâtre des opérations afin de persuader par la discussion et le dialogue ou de dissuader par tout autre moyen, nos compatriotes à ne pas cautionner un processus électoral frauduleux".

Vote trocadéro_2004_Tene Sop simulant le vote et Ekwé Silo du M

Le moins que l’on puise dire c’est que ce ne fût pas une journée facile pour Pankui Flaubert qui s’est sans doute beaucoup ennuyé ce 23 aout à la Maison camerounaise, tellement les candidata á l’inscription sur les listes électorales se faisaient rares. A 21heures 30mn, Monsieur Pankui a refermé ses registres signifiant la fin des inscriptions. Quant à nous, nous avons compté exactement 5 personnes qui se sont présenté  à l’enrôlement, dans une ville qui compte plus d’un millier de camerounais. Bilan bien  maigre et pathétique pour une opération qui avait pourtant été annoncée à grand renfort de publicité.

Selon nos informations c’est le même désintérêt de la Diaspora en Allemagne qui a accueilli les missions d’inscription électorale à Bonn et à Francfort de même qu’à l’Ambacam à Berlin. C’est ce quasi boycott des inscriptions électorales par la diaspora camerounaise en Allemagne qui serait d’ailleurs la cause de l’annulation pure et simple des deux autres missions d’inscription qui étaient prévues à Stuttgart et à Munich, respectivement les 27 et 28 Août. Selon un fonctionnaire de l’Ambacam à Berlin qui a requis l’anonymat, « Nous sommes très découragés par le manque d’enthousiasme de la Diaspora ; nous espérions un réel engouement compte tenu de ce que c’est la première fois que notre diaspora va voter… ».

Pour rappel, par la loi N°2011/013 du 13 Juillet 2011  et le décret présidentiel N° 2011-237 du 8 août 2011, le régime de Monsieur Biya a enfin reconnu le droit de vote aux citoyens camerounais établis ou résidant à l’étranger. Mais cette loi exclut de facto, de nombreux camerounais s’étant prévalu d’une autre citoyenneté, la nationalité camerounaise étant incompatible avec d’autres nationalités. C’est l’une des raisons pour lesquelles des organisations politiques de la Diaspora Camerounaise dénoncent cette loi et de nombreuses d’entre elles dont le CODE, ont appelé les camerounaise de la Diaspora à boycotter les inscriptions sur les listes électorales et l’élection présidentielle d’octobre.

Autant dire que les semaines à venir s’annoncent très chaudes dans la diaspora Camerounaise.

Essama Benoit Joël, Hambourg